La place de l’agriculture en Essonne

Il y a vraiment longtemps, les départements de France se sont beaucoup impliqués dans la production des cultures vivrières. Avec le temps, chacun d’eux se voyait attribuer un statut, justifiant ses actions particulières dans ce secteur qui est l’agriculture. C’est un peu le cas de l’Essonne.

Essonne et l’Agriculture

Le département de l’Essonne est situé au sud de Paris, principalement dans la région de l’Île-de-France. Sa superficie est de 1804 km2 avec un nombre d’habitants tournant autour de 1 300 000 individus en 2018. L’agriculture prend une place très importante sur cette terre. Plusieurs hectares sont cultivés dont la plupart des vivres sont des céréales et des maraîchages.

L’agglomération parisienne n’a pas empêché ce département d’influencer économiquement et de façon importante son pays. L’Essonne peut compter des milliers d’agriculteurs répartis sur tout son territoire. Ce qui fait sa particularité dans le secteur, c’est principalement sa capacité à faire plusieurs types de cultures.

Agriculture en Essonne : le pourcentage

L’agriculture au sein du département de l’Essonne occupe à peu près les 45 % de son territoire. Déjà avec plus de 750 exploitations agricoles, le nombre d’espaces qu’on lui consacre ne cesse de s’accroître. Mais avec l’érosion qui sévit dans cette région de France, des terres réservées à l’agriculture disparaissent. La solution qu’ont donc trouvée les cultivateurs est de prendre beaucoup plus d’espace afin de s’assurer une rentabilité.

La place de l'agriculture en Essonne

En Essonne, vous remarquerez de différentes tailles de productions de vivres. Les grandes cultures prennent surtout plus d’espace que les autres. Comparativement à la surface totale réservée à l’agriculture, près de 66 % abritent celles-ci.

Les principales cultures produites en Essonne

Les principales récoltes agricoles produites en Essonne comprennent les céréales, les oléagineux, les betteraves, les protéagineux, les pommes de terre, les jachères et d’autres petites cultures vivrières.

Les céréales sont les vivres les plus cultivés en Essonne. En effet, elles représentent 67 % des résultats de production. Comparées à ceux-ci, les petites cultures ne sont que de 1 % de ce qui est récolté dans ce département. À côté d’elles, les jachères occupent 4 % de la production.

Quant aux cultures oléagineuses, elles sont deuxièmes parmi les récoltes d’Essonne après les céréales, même si leur pourcentage n’est pas si élevé. Elles représentent, en effet, 18 % des récoltes totales pendant que les betteraves aussi ne représentent que les 6 %. Les pommes de terre, également, font 1 % et les produits protéagineux donnent 3 % des vivres totaux dans ce département.

Autres sujets

Travaux de rénovation : à qui faire appel ?

A lire : A qui demander un devis pour vos travaux de rénovation ?

L’immobilier neuf en Occitanie

Les projets urbains en Occitanie, et plus précisément dans les villes de Montpellier et Toulouse, se portent pour le mieux. En effet, des aides sont proposés aux acheteurs d’un appartement neuf : loi pinel, prêt à taux zéro etc. L’achat immobilier neuf Montpellier est facilité grâce aux prix maitrisés : il s’agit d’une aide pour les primo accédants (souvent jeunes propriétaires).

L’achat immobilier neuf à Toulouse est facilité grâce à un dispositif similaire à celui de Montpellier : l’accession maitrisée. La loi pinel permet également de réduire ses impôts en achetant dans l’immobilier neuf. Ainsi, acheter un appartement neuf est avantageux à la fois pour le profil acheteur que le profil investisseur !